Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 20:22



Après des années de difficultés, Molière obtient la protection de Monsieur, frère du roi, qui lui accorde une pension. Le prestige de l’acteur croît en entraînant son lot de jalousie, et de pressions, notamment de la part des ultracatholiques qui voient d’un mauvais œil la relation entre le monarque et le comédien.

En 1664, sa pièce Tartuffe est censurée. Pour nourrir sa troupe, il écrit en l’espace de deux mois Dom Juan (1665) qui, malgré le succès qu’il rencontra, ne fut joué que 15 fois à cause notamment de son  « impiété ». Reprise sur scène au XIXème siècle, elle est aujourd’hui reconnue comme un chef d’œuvre du théâtre français.

Reprenant le thème du Dom Juan de Tirso de Molina dans El Burlador de Sevilla y Convidado de piedra (1625), cette pièce de théâtre est l’histoire d’un noble sicilien et libertin à l’excès qui, tout au long de la comédie, reçoit différents signes du mécontentement divin avant que celui-ci le happe dans les flammes de l’enfer. Dans ce texte extrait de la seconde scène du troisième axe, le « grand seigneur méchant homme » rencontre un ermite et lui propose un louis d’or si celui-ci consent à jurer. Peu choquante à notre époque, elle a cependant était largement censurée lors du vivant de son auteur.

Aussi pouvons-nous nous demander quel est l’intérêt de cette scène.

Nous verrons dans un premier temps la peinture faîte de la religion par l’auteur, avant de porter notre attention sur les caractéristiques du héros.

 

I. Sganarelle décrit son maître...

 

- « Je n’ai pas de grande peine à le comprendre, moi » Sganarelle rappelle sa situation de valet, affirmant le connaître, il s’agit d’un argument de valeur pour la suite.

- « le pèlerin », lexique dépréciatif

- « par précaution [...] je vois en lui le plus grand scélérat que la Terre ait jamais portée » : « par précaution » montre que pour parler, il prend des grands et on note avec « scélérat » et « plus grand » (hyperbole) marque le début d’un long champs lexical de la dépréciation qui se poursuit avec « un enragé [...] tout ce que nous croyons » : gradation à S. s’emporte, les virgules marquant le rythme plus soutenu.

- « un mariage ne [...] c’est un épouseur à toute main » : la gradation atteint son paroxysme avec cette constatation.

- présence d’ironie : « lui, son chat, son chien »

- Il semblerait qu’il est besoin de se confier

- « pour sa pulsion » DJ est animé par ses envies.

- « Dame [...] paysanne » : toutes les classes sociales sont représentées.

- « rien de trop chaud ni de trop froid pour lui » : métaphore avec la nourriture, il aime tout et mange de tout.

- « si je te disais le nom de toutes celles » : il a de nombreuses épouses.

- « grand seigneur méchant homme ».

 

II. ...et se présente par la même occasion

 

- Gradation : S s’emporte

- Ironie, cynisme

- Longue tirade ce qui montre son emportement

- Articulateurs logiques et ponctuation à argumente et articule sa pensée

- soumission : « je souhaiterais qu’il fut déjà je ne sais où » qui s’oppose à « je dirais hautement que tu aurais menti » : « me réduit d’applaudir »

- loyauté envers son maître bien qu’il soit contre lui : cl dépréciatif.

(Il manque pas mal de choses mais bon, sa fait une idée de plan...)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrick 12/08/2010 18:03


Si vous cherchez un commentaire plus complet, je vous conseille de jeter un oeil ici :
http://www.oodoc.com/33290-dom-juan-moliere-acte-1-scene-1.php